La Loi sur la validation des acquis professionnels adoptée au Sénat

Désormais, tout salarié haïtien a le droit de faire reconnaître et valider les acquis de son expérience professionnelle. C’est ce qui est stipulé dans l’article 2 de la Loi portant « Reconnaissance et validation des acquis et de l’expérience professionnelle » que le Sénat vient d’adopter mardi.

À l’unanimité. Deux projets de loi ont été adoptés mardi 3 avril au Sénat de la République d’Haïti. Il s’agit tout d’abord du texte portant « réforme du statut du commerçant et des actes de commerce et organisant le registre de commerce ». Ce dernier a été, le 29 mars de l’an dernier, adopté en Conseil des ministres.

L’autre important projet de loi ayant enfin reçu la bénédiction des Pères conscrits lors de la séance de mardi est celui portant « Reconnaissance et validation des acquis et de l’expérience professionnelle », celui-ci, voté il y a un an, à la chambre des Députés.

« Les politiques de reconnaissance des acquis ont contribué à l’émergence de nouvelles pratiques sociales qui impliquent un changement dans le statut social des savoirs, ce qui a des répercussions à court, à moyen et à long terme dans plusieurs domaines sociaux », a déclaré le Sénateur Denis Cadeau, président de la Commission éducation et formation professionnelle.

Pour faire la demande de validation des acquis de son expérience professionnelle, le/la salarié(e) intéressé(e), selon ce texte de loi, doit cumuler un total de 5 années minimum dans les activités professionnelles exercées à son compte ou non et être en règle avec le fisc.

En 2014, sous le leadership de l’Office de Management et des Ressources humaines (OMRH) et du ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP), un atelier d’étude et de formation sur la Validation des Acquis de l’Expérience professionnelle (VAEP), eut lieu à Port-au-Prince à l’intention des responsables des ressources humaines des institutions publiques.

La VAEP permet à tout individu, quel que soit son âge, son niveau d’études ou son statut, de faire valider les acquis de son expérience pour obtenir une certification professionnelle.

Dans son intervention à l’atelier, le ministre de l’Éducation d’alors, Nesmy Manigat, soutenait qu’ « Haïti doit désormais emprunter cette voie en raison de sa portée innovante. C’est le meilleur moyen de résoudre le problème de ces travailleurs non certifiés, mais qui ont à leur actif plusieurs années d’expérience ».

C’était aussi la position de Jacky Lumarque, Recteur de l’Université Quisqueya. Pour lui, « l’école n’est pas le seul lieu d’acquisition de connaissances et de compétences » et la validation des acquis de l’expérience en Haïti devrait avoir de bons impacts sur l’économie haïtienne.

La notion de Validation des acquis de l’expérience professionnels (VAEP) est de plus en plus soutenue au niveau international. Les experts croient que cette mesure permet une meilleure gestion des compétences et constitue un excellent outil de promotion sociale.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *