La Libye impose son esclavage! par Dr Ed Exil-Noël

LA LIBYE IMPOSE SON ESCLAVAGE.
Par Dr. Ed Exil-Noël.
Dimanche 19 novembre 2017.– Personne n’a pu imaginer un retour à l’esclavage à l’ancienne bien que cette notion n’ait pas pu disparaître réellement car elle a pris une forme moderne.

Des millions de déplacés, ceux-là qui bravent le froid, la chaleur, qui laissent leurs familles, qui risquent leurs vies à la recherche d’un mieux-être déguisé dans des pays étrangers. Ils se mettent en proie à toute sorte de brimades et d’humiliations.

Malgré tout, certains franchissent le rubicond des murs, des mers et d’autres tout simplement laissent leurs peaux en route. Beaucoup d’africains ont choisi les horizons libyens comme tremplins pour enfin mettre le cap sur l’Europe.

Cependant la Libye, après le renversement et la mort du Colonel Khadafi, est mise en lambeaux, les tribus sont celles qui tiennent la queue de la poêle, bref un état voyou a vu le jour. Des bandes armées ont vite identifié les migrants comme des produits rentables pour faire leur beurre.

On assiste, de guerre lasse à des scènes hideuses de ventes aux enchères. Les nouveaux esclaves sont tabassés, ligotés et remis à leurs nouveaux maîtres.

Des siècles nous séparent de cette honte et la République d’Haïti, la première nation noire avait crié haro contre toute forme d’esclavagisme. Hier encore a célébré avec bombance la grande bataille de Vertières sans une mention spéciale pour dénoncer comme étant porte-étendard des libertés des noires.

Je veux croire que les autorités haïtiennes ne sont pas encore au vent de ces barbaries en Libye mais si ponctuelles dans leur appui à l’Espagne contre la décision de la Catalogne de se libérer du joug monarchique.

Il n’est pas trop tard pour qu’Haïti se montre fidèle aux héritages libérateurs de nos anges révolutionnaires.

Je comprends comme étant état mendiant, Haïti doit protéger ses miettes mais sans pour autant nier sa grande tradition qui, avait pendant longtemps fait son honneur et la fierté d’être un haïtien.

Dr. Ed Exil-Noël.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *