Voilà comment on fête « les morts » en Guyane

Constellé des lueurs de milliers de bougies rouges, le cimetière du centre-ville de Cayenne s’est animé mercredi pendant la soirée de la Toussaint, une commémoration très suivie en Guyane, où la population est majoritairement chrétienne.

« C’est un devoir pour nous de venir, on n’oublie pas nos morts », a expliqué à l’AFP, Virginie, 79 ans, habillée d’une robe brodée et assise sur une petite chaise devant la tombe d’un de ses proches.

A quelques dizaines de mètres, baignés du musc de l’encens, huit membres d’une famille sont venus honorés leurs aïeux sino-guyanais. « On essaye de perpétuer les traditions. Nous, nous sommes nés catholiques et nos parents étaient bouddhistes donc on essaye de faire les deux religions », raconte Sylvie, désormais domiciliée aux Antilles françaises mais revenue en Guyane pour l’occasion.

Les hommes de sa famille ont allumé un feu dans un sceau en métal qui contient « de l’or et de l’argent ». Pour que les défunts « puissent recevoir » ces présents, détaille Sylvie.

Zen Pete Me Fanm Kap Simen Latroublay Fè Senatè Ak Prezidan Goumen Pou Li

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *